Il y a 10 ans, en mai 2010, j’exposais à Metz des durées dans un contexte exceptionnel (ouverture du Centre Pompidou-Metz, À l’ombre d’un doute de Béatrice Josse au Frac Lorraine, Une exposition (du) sensible de Mathieu Copeland à la Synagogue de Delme quelques jours plus tard). A la faveur des nombreuses rencontres provoquées par ce projet et ce voisinage, beaucoup de choses ont changé pour moi. Ma production parallèle anonyme, sous pseudonymes ou pour le compte des autres, n’a fait que s’amplifier depuis, jusqu’à devenir exclusive à compter de 2014, année où je recevais 1€ symbolique d’aide à la création du Ministère de la Culture. En 2021, pour activer de nouvelles complicités, je vais probablement sortir de cette « retraite » pour présenter un ensemble conséquent de pièces, toutes en rapport avec les questions de temps, de durées, de contemporanéité, de dates, de mémoire, d’évolution, d’éternité.

A suivre…